Rechercher sur le Web

Picasso

Le bombardement de Gernika en 1937 : le massacre qui a inspiré Picasso

Le massacre de Gernika a inspiré à l’artiste andalou l’une de ses œuvres les plus célèbres.

Depuis des temps immémoriaux, Gernika a toujours été un lieu chargé d’un symbolisme très fort, un lieu très important pour tous les Basques aux yeux desquels il incarne la démocratie et les droits historiques. Mais c’est pourtant grâce à Picasso que la ville de Gernika, devenue le symbole des bombardements, de la terreur, et des horreurs de la guerre, est maintenant connue dans le monde entier.

Pourquoi Picasso a-t-il peint « Guernica » ? La commande du tableau

Pour éviter tout quiproquo, rappelons ici que Picasso, natif de la ville espagnole de Malaga, n’a jamais mis les pieds à Gernika. Lorsque la Guerre Civile éclata, Picasso habitait à Paris. Le gouvernement de la IIe République avait commandé à l’artiste une fresque pour le pavillon espagnol de l’Exposition universelle qui devait se tenir au mois de juin. Au début, Picasso n’avait pas d’idée précise quant au thème de cette fresque, du moins jusqu’au 26 avril de la même année, date à laquelle se produisit le bombardement de Gernika. Les journalistes qui se trouvaient à Bilbao pour couvrir les événements de la Guerre Civile, et notamment le correspondant britannique George Steer, firent connaître le bombardement au monde entier. Le fait est que deux jours après le bombardement, la nouvelle était déjà à la une des plus importants journaux du monde démocratique (l’information fut censurée dans les pays soumis à des dictatures impliquées dans l’événement, comme l’Espagne « nationaliste », le Portugal, l’Italie, l’Allemagne et le Japon). Picasso, informé par la presse internationale et certains de ses amis, décida de transposer le terrible événement sur la toile. ​

Inauguration

La toile intitulée « Guernica » fut inaugurée au pavillon espagnol de l’Exposition universelle de paris le 12 juillet 1937. Picasso entendait y dénoncer la guerre en général, ainsi que les dictatures fascistes apparues en Europe à cette époque (Hitler en Allemagne, Mussolini en Italie, Franco en Espagne). Mais Paris n’accueillit pas « Guernica » avec l’étonnement et l’enthousiasme que cette œuvre allait susciter par la suite. Les visiteurs, confrontés à la terrible image de la guerre, à l’absence de couleurs, et à des figures qu’ils ne comprenaient pas, n’éprouvèrent que de la répulsion devant le tableau. La critique ne fut pas davantage capable de comprendre la toile de Picasso ni de reconnaître sa valeur. Après l’Exposition universelle, le tableau voyagea en Europe et aux États-Unis.

Quel a été le périple de « Guernica » avant d’arriver en Espagne ? Les lieux qui ont accueilli « Guernica »

Picasso avait l’intention d’offrir sa toile au peuple espagnol lorsque le pays serait redevenu une démocratie. La toile resta donc à New York jusqu’au 10 septembre 1981, date à laquelle elle fut transférée à Madrid. Elle fut d’abord installée au Buen Retiro (une annexe du Prado), entourée d’importantes mesures de sécurité (elle était gardée par la police et protégée par une plaque de verre à l’épreuve des balles, etc.). En 1992, après avoir été exposé dans 30 villes européennes et américaines, notamment : Copenhague, Stockholm, Londres, Chicago, Sao Paulo, Milan, Munich, Hambourg, Bruxelles, Amsterdam… le tableau fut exposé au musée Reina Sofía où il se trouve encore aujourd’hui.

“GUERNICA GERNIKARA

Depuis 1997, on peut voir à Gernika une fresque en céramique reproduisant le tableau sous laquelle on peut lire l’inscription « Guernica Gernikara » qui exprime la revendication du peuple basque de voir ce tableau transféré et exposé dans la ville qui a été la source d’inspiration de Picasso : Gernika.

Curiosités à propos de « Guernica »

  • On a dénombré jusqu’à 45 esquisses de cette œuvre avec différentes variantes. Dans l’une de celles-ci, Picasso a représenté un poing levé, symbole de la résistance. Il existe également des esquisses en couleur.
  • En 1970, Picasso écrivit au MOMA une lettre dans laquelle il demandait le retour de Guernica « au rétablissement des libertés publiques en Espagne ».
  • Avant d’être exposé au musée Reina Sofía de Madrid, le tableau fut exposé jusqu’en 1992 au Buen Retiro, dans une vitrine blindée, avant d’être transféré à l’emplacement qu’il occupe actuellement.
  • Le tableau de Picasso arriva pour la première fois sur le territoire espagnol le 10 septembre 1981, à bord d’un vol régulier d’Iberia. En arrivant à Madrid, le pilote de l’avion annonça la nouvelle aux passagers ébahis.

Le sens de « Guernica »

Picasso, qui n’a jamais voulu révéler la symbolique de son œuvre, alla jusqu’à déclarer : « En ce qui me concerne, c’est tout. C’est au public de voir ce qu’il veut y voir ».